Anduze en bord de mer.

 

 

Il y a 50 ans une voisine naissait du sable : LA GRANDE MOTTE.

Sous le soleil

La section d’Anduze, le temps de la journée découverte de ce mois de mai très ensoleillé, a délaissé l’air des Cévennes pour aller respirer l’air de la mer avant les grandes migrations de l’été.

L’un des buts de notre déplacement était La Grande Motte qui, cette année, va fêter 50 années d’existence. Quels sont les secrets de sa réussite ?

 

 

 

 

Un peu d'histoire sur la place des 3 pouvoirs

Accueillis et guidés par une personne de l’office du tourisme notre groupe va parcourir cette station balnéaire dont la création sur une lagune infestée de moustiques sera tant décriée au début des années 60. A l’origine une impulsion est donnée par le Général de Gaulle pour que des pôles touristiques soient aménagés sur la côte du Languedoc afin de concurrencer les lieux en vogue de l’époque pour les nordistes, l’Espagne d’un côté et la Côte d’Azur de l’autre. La mission interministérielle, « Mission Racine » mise en place va décider de réaliser 6 stations sur le littoral du Languedoc, parmi lesquelles La Grande Motte.

 

 

Le projet de réalisation de la Grande Motte est confié à l’architecte Jean Balladur, un cousin du premier ministre. Cet architecte philosophe, décédé en2002, ne cache pas à son entourage que cette mission ne manque pas de difficultés, il faut transformer une lagune infestée de moustiques en lieu de villégiature.

Avec son équipe, dans laquelle on compte quelques artistes, Jean Balladur décide de bâtir en utilisant au maximum les possibilités offertes par le béton et de tenter, grâce à des symboles forts, de donner une âme à cette future ville. Ainsi vont naître :

  • La place des trois pouvoirs, ornée d’un labyrinthe initiatique.
  • La Grande Pyramide dont le profil rappelle le Pic Saint Loup.
  • La passerelle des Lampadophores, porte d’entrée symbolique de la ville envahie par les vacanciers.
  • La place du Cosmos avec son soleil, sa lune et son globe terrestre.
  • Au couchant un côté féminin avec des immeubles tout en courbes et au levant le côté masculin avec des immeubles aux arrêtes tirées au cordeau (la Grande Pyramide au centre de cet ensemble possède des ailes avec les deux concepts).
  • Une allusion au nez de l’instigateur et visiteur du chantier, le Général de Gaulle, dans le dessin des balcons des immeubles proches de la zone portuaire.

 

Nous allons découvrir au grès de notre parcours que cette ville fourmille de cette sorte de petits détails qui donne aujourd’hui le sentiment qu’elle possède une histoire, voire même une âme.

La passerelle saint jean véritable curiosité astronomique

 

L'église saint Augustin

Vitrail de l'église

 

En 1967 la mise en place d’espaces verts au milieu de cette lagune de sable et d’immeubles en béton avec leurs premiers occupants passe pour un projet irréaliste mais, comme nous avons pu le constater lors de notre promenade au milieu de la verdure à l’ombre de grands arbres, aujourd’hui le pari est gagné. Les piétons et les cyclistes peuvent trouver des cheminements réservés et ombragés forts agréables sous le soleil régional de cette fin mai. Les véhicules des visiteurs ne sont pas oubliés il existe de nombreuses places de stationnement ombragées et gratuites dans des parkings autour du centre ville.

Construite à l’origine sur des terrains appartenant à la commune de Maugio La Grande Motte est devenue une commune à part entière en 1974. Elle compte aujourd’hui 9000 habitants permanents, possède une mairie, une église, un palais des congrès, un casino… Les équipements existants permettent d’accueillir en été jusqu’à 120 000 personnes, un véritable succès pour le tourisme régional.

Des droites et des courbes la Grande Pyramide (à gauche)

En ce début du vingt et unième siècle pour la qualité de sa conception et de son architecture, La Grande Motte a reçu du ministère de la culture le label « Patrimoine du Vingtième siècle ». L’environnement n’est pas oublié, La Grande Motte accueille un centre de soins de tortues marines, on y soigne des tortues de Méditerranée en particulier la tortue Caouanne qui peut atteindre jusqu’à cent kilos. L’animal est le plus souvent victime des filets de pêche, des hélices de bateaux mais aussi de l’ingestion de sacs plastiques qu’elle confond avec des méduses.

Ne passez pas à côté de la Grande Motte sans vous arrêter elle va fêter ses 50 bougies mais possède déjà une belle histoire. Un détour par l’office du tourisme peut aider à en dévoiler quelques secrets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.