Merci Midi Libre

Anduze.

Paul Chapel, un passionné des tours à signaux.

lub Cevenol Mr Chapel

Paul Chapel a pu expliquer son travail grâce à l’invitation du club cévenol.
Invité par Gérard Dupuis, du club cévenol, Paul Chapel, secondé par son ami, Gilbert Calcatel, a invité les membres du club à la découverte de la signalisation par le feu à partir des tours relais. Depuis l’antiquité, dans tous les pays du monde, des traces de cette méthode de communication pour transmettre une alarme ou informer sur un événement ont été retrouvées. Au Moyen-Âge, en France, c’est parfois à l’aide d’un simple flambeau que le message était transmis, via des tours quadrangulaires qui servaient de relais entre deux châteaux ou jusqu’à des terminaux d’où les guetteurs faisaient passer l’information. Un travail sur vingt ans Paul Chapel s’est passionné en particulier pour les tours à signaux cévenoles et pendant 20 ans, il a parcouru les Cévennes, est entré dans les maisons, a interrogé les habitants pour retrouver le réseau qui s’était mis en place entre Sommières-Anduze et la Vallée Française. Tâche ardue car beaucoup de ces tours ont été détruites au fil des siècles sur ordre de Louis IX, de Richelieu, des révolutionnaires, par les routiers, mercenaires oisifs qui ravageaient la région. Les ruines ont servi de carrière pour construire des maisons et nombre de tours ont été englobées dans les habitations après avoir été étêtées. Il est donc difficile de les retrouver et seul un oeil bien exercé peut voir dans les gravas envahis par la végétation les fondations d’une tour du Moyen-Âge. Toutefois, leur existence ne peut remise en cause puisqu’elle est attestée dans un manuscrit de 1765 et déjà en 1684 une ordonnance avait exigé des consuls d’Anduze le recensement des tours et de leur état. Les membres du club pourront se rendre sur place Le 18 juillet 2001, 19 bénévoles ont voulu prouver l’intérêt de ces tours pour la signalisation par le feu en organisant une chaîne. Le premier feu a été allumé à 10 h 30 sur la tour de Sauve et le dernier à midi à Florac, ultime témoignage de ce mode de communication détrôné par le télégraphe et le langage Morse. Afin de partager ses connaissances, Paul Chapel a proposé au président du club de les accompagner, au printemps, dans différents lieux où étaient implantées des tours aujourd’hui disparues ou intégrées dans des constructions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.